Rôle de l’Hypnose dans les Relations Amoureuses

Hypnose dans les Relations Amoureuses

Nous allons voir comment l’approche hypnotique centrée sur la régression en âge avec un couple peut permettre aux amoureux éloignés de se retrouver…

Alain : « Bien sûr, tous ces problèmes ne sont pas venus d’un coup, mais tout de même, comment en sommes-nous venus là ? Une sorte de négligence commune et réciproque. Bien sûr, il y a les enfants et toute l’attention qu’ils nécessitent, notamment Daniela qui n’est pas l’excellence à l’école. Les heures qu’il a fallu lui consacrer pour qu’elle passe en seconde… Mon boulot de cadre sup, tiraillé entre les exigences du patron et ma vie de famille, qui engendre des doutes sur ma valeur et mon avenir. Et puis Juliet dont toute sa famille vit en Angleterre, et qui tente de concilier les distances. C’est peut-être ça l’écart qui nous relie paradoxalement encore, comme le dit notre thérapeute. Que devenons-nous ?
Alors quand il me propose de m’installer à mon rythme dans ce fauteuil, je réalise qu’il est bien rare que je prenne ce temps, que j’accorde de l’attention à la place que j’occupe. »

Thérapeute : « Le dos bien calé sur le dossier… et les bras posés confortablement sur les accoudoirs… » « Et tandis que votre corps continue de se détendre, votre mémoire retrouve ce souvenir, peut-être ténu au début, un peu flou, puis peu à peu plus net… non pas celui de la première rencontre, mais celui du premier regard. »

A. : « Oui, c’était à la rentrée avec cette arrivée d’étudiants étrangers. Tout de suite je l’avais distinguée parmi toutes les autres avec son air étonnée et curieux. »

La première fois

Une technique de régression en âge à fort potentiel émotionnel qui permet d’utiliser des procédés de contraste en fixant comme point focal un sujet anodin. Cette technique dite de « la première fois » a la particularité d’être éminemment suggestive. Les sous-entendus dans une consultation de sexologie sont nombreux et pour jouer sur ce registre, cette technique sera adaptée à la recherche des émotions, des sensations qu’a pu éprouver chaque partenaire à des moments analogues, voire synchrones.

Erickson a donné une définition étendue de la régression en âge en parlant d’une aptitude du sujet à retrouver un mode typique d’une période précoce de son développement. Pour lui, il ne s’agit pas d’une simple remémoration, mais davantage d’une réorientation dans les émotions, les attitudes et les comportements. Dans le cas qui nous intéresse ici, il n’est pas question de revivre une quelconque situation ancienne comme si le sujet la découvrait, mais plutôt de la retrouver et de la vivre sur deux plans. Le premier avec les émotions, les sensations qui y sont attachées, et le second avec le regard actuel qui vient « commenter » ces souvenirs.

Cette forme de régression en âge n’a rien à voir avec la catharsis ou la reviviscence totale d’un événement, qui est rarement souhaitable et encore moins thérapeutique. D’autre part, ce qui est recherché par cette technique est le rapprochement mnésique de situations sinon oubliées, pour le moins estompées et porteuses de ressources.

La confrontation simultanée des souvenirs avec les points de vue ancien et contemporain favorise le changement et crée une nouvelle dynamique. Revoir ces situations sous des angles différents, retrouver les envies, les ambitions, les projets dans un contexte plus apaisé facilitent leur éventuelle réalisation.

Pour ce couple en difficulté, la régression en âge est une solution pour réamorcer un climat plus serein par la réémergence de ces moments anciens de connivence et de complicité amoureuse.

Ethique / Déontologie Art. 1 L’hypnothérapeute n’a pas vocation à se substituer aux différents professionnels de santé que consultent ses clients. Ses pratiques interviennent en complémentarité d’évolution personnelle et de mieux-être. Art. 2 L’intérêt et le bien-être du sujet constituent l’objectif prioritaire de l’hypnothérapeute. Toutes ses interventions doivent se dérouler dans le seul but d’aider le patient. En aucun cas, les changements ou interventions ne sont faites au détriment de l’équilibre écologique du patient. Art. 3 L’hypnothérapeute s’oblige à respecter et à préserver la dignité, la vie privée et l’anonymat des personnes qui le consultent. Il s’engage à respecter le secret professionnel, c’est-à-dire tout ce qui est venu à sa connaissance, ce qui lui a été confié, mais également ce qu’il a vu, perçu, entendu, compris ou ressenti. Art. 4 L’hypnothérapeute s’oblige, dans l’intérêt de ses clients, à approfondir continuellement sa pratique par la recherche et l’actualisation régulière de ses connaissances théoriques et pratiques. Art. 5 L’hypnothérapeute ne se soumet à aucune exigence contraire à son éthique et à sa conscience. Il évite les conflits d’intérêt de toute nature.

Laisser un commentaire