Les effets physiologiques

En permettant le rééquilibrage des branches sympathique et parasympathique du système nerveux autonome, la pratique de la cohérence cardiaque a un effet particulièrement rapide et efficace sur les composantes physiques du stress :
– baisse du cortisol (l’hormone du stress) et augmentation du taux de DHEA (hormone anti-stress),
– baisse rapide du rythme cardiaque,
– augmentation de la profondeur de la respiration et diminution de la fréquence respiratoire,
– réduction de la pression vasculaire.

Cette pratique a des effets à plus long terme :
– accroissement de la vitalité et de la résilience au stress,
– renforcement du système immunitaire.
Les effets psychiques

Les nombreux effets physiologiques induits par la pratique de la cohérence cardiaque enclenchent un circuit vertueux d’effets psychiques :
– retours au calme rapide après des épisodes stressants,
– plus grande résilience au stress,
– amélioration de la capacité à ressentir des émotions /sentiments agréables,
– amélioration de la maîtrise émotionnelle
– réduction de l’inquiétude, de l’anxiété.

Les effets cognitifs

Quelques effets cognitifs notoires mais la liste n’est pas exhaustive :
– Meilleure perception des situations,
– Amélioration de la capacité à prendre des décisions pertinentes et à gérer des situations complexes,
– Amélioration de la capacité à rester calme particulièrement lors des périodes à très fortes sollicitations,
– Meilleure capacité à appréhender les situations avec recul et sans affects perturbateurs.

 

Ethique / Déontologie Art. 1 L’hypnothérapeute n’a pas vocation à se substituer aux différents professionnels de santé que consultent ses clients. Ses pratiques interviennent en complémentarité d’évolution personnelle et de mieux-être. Art. 2 L’intérêt et le bien-être du sujet constituent l’objectif prioritaire de l’hypnothérapeute. Toutes ses interventions doivent se dérouler dans le seul but d’aider le patient. En aucun cas, les changements ou interventions ne sont faites au détriment de l’équilibre écologique du patient. Art. 3 L’hypnothérapeute s’oblige à respecter et à préserver la dignité, la vie privée et l’anonymat des personnes qui le consultent. Il s’engage à respecter le secret professionnel, c’est-à-dire tout ce qui est venu à sa connaissance, ce qui lui a été confié, mais également ce qu’il a vu, perçu, entendu, compris ou ressenti. Art. 4 L’hypnothérapeute s’oblige, dans l’intérêt de ses clients, à approfondir continuellement sa pratique par la recherche et l’actualisation régulière de ses connaissances théoriques et pratiques. Art. 5 L’hypnothérapeute ne se soumet à aucune exigence contraire à son éthique et à sa conscience. Il évite les conflits d’intérêt de toute nature.

Laisser un commentaire